L'existence comme espace de la métamorphose


La jeune fille a d’abord été une toute petite fille amoureuse de son père, parce que c’est ainsi. Elle ne s’en souvient pas la plupart du temps. Plus tard, elle doit réapprivoiser ce presque inconnu qui en retour peut-être la reconnaît, elle, comme son enfant dans sa féminité naissante. Sans la blesser ni la toucher. Mais c’est rare. La jeune fille se prête à n’importe quelle abjection, mélancolie, insignifiance si le regard de son père l’a profanée et elle ne tient pas plus à la vie qu’à l’amour. Iphigénie le savait. Être mise au monde ce n’est pas encore naître. Pour cela, il faut apprendre à quitter le paradis, la terre promise de toutes les retrouvailles, toutes les reconnaissances, tout l’amour en une seule fois. Pour le retrouver autrement, singulièrement, à partir de soi. Mais si le père ou la mère n’ont pas fait de place à l’autre, si l’enfant vient combler toutes les attentes frustrées, s’il est le dépositaire de haines bien plus solides que lui, il vient au monde déjà enseveli. La drogue, l’alcool, la nourriture, la cigarette, un certain rapport au sexe et toutes les dépendances dans lesquelles on peut être pris « à son corps défendant » sont les échos étouffés de cet ensevelissement vivant. Ces jeunes filles nous parlent de notre intolérance à la frustration, de cette impossibilité à faire place au manque parce que c’est trop insupportable : on ne peut être sevré que si l’on a été nourri, si cela a manqué dès le départ, c’est cette sensation du manque que l’on cherchera à retrouver sans cesse dans la faim où vous laisse toute drogue quelle qu’elle soit. En ne laissant pas le champ de la différence s’ouvrir, on revient à l’état originel (en tout cas on essaie) en perdant la sensation bienfaitrice de cet état chaque fois un peu plus -je parle ici des drogues dites dures- et la plupart du temps, on ne sort pas de la « matrice ». Si on ne quitte pas le ventre maternel, et il y a mille manières de ne pas le quitter, l’existence comme espace de la métamorphose est impossible, on est le double d’un autre, une doublure en exil d’un paradis perdu au regard duquel le sacrifice de sa propre vie paraît bien peu de chose.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags